Endocrinologie pédiatrique

LA GYNÉCOMASTIE DE L’ADOLESCENT  Abonné

Publié le 17/02/2012
Le plus souvent banale, la gynécomastie peut être le premier signe d’une pathologie sous-jacente. Un examen clinique bien conduit est nécessaire. L’important est de ne pas passer à côté d’une cause curable.

Ludovic.G., 12 ans, 1,55 m, 58 kg, se plaint d’une augmentation de volume de son sein gauche d’apparition progressive sur plusieurs mois. Inquiète, sa mère prend rapidement rendez-vous chez son médecin traitant. À l’examen, le sein gauche est effectivement plus volumineux que le sein droit, ferme et légèrement sensible. Aucune induration n’est palpable. Les premiers signes de puberté sont apparents : développement testiculaire au stade G2 de Tanner ; aucune pilosité pubienne. Le reste de l’examen est normal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte