La fragilité du cœur des hommes persiste  Abonné

Par
Publié le 21/06/2019
Même si trop souvent, on sous-estime le danger cardiovasculaire chez les femmes, le sexe masculin constitue toujours un facteur de risque à part entière. Une inégalité qu’entérinent les différents scores de risque. La dysfonction érectile est là aussi un paramètre à prendre en compte, selon les recommandations fin 2018 de la Société française d’HTA.
Coronarographie

Coronarographie
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Malgré 40 ans de baisse de la morbi-mortalité cardiovasculaire (CV), ces pathologies restent la deuxième cause de mortalité en France chez les hommes. Et à âge égal, le taux de mortalité d’origine CV des hommes est plus élevé que celui des femmes (300 vs 190 pour 100 000 personnes en 2010). « D’où l’importance d’un dépistage systématique des facteurs de risque CV dès 50 ans, préconise le Pr Patrick Assayag, vice-président de la Fédération française de cardiologie, les infarctus du myocarde survenant chez les hommes de plus en plus tôt. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte