Gastro-entérologie

LA CHOLÉCYSTITE AIGUE  Abonné

Publié le 08/03/2013
La symptomatologie et l’examen clinique doivent faire évoquer le diagnostic. La biologie simple et l’échographie suffisent à poser le diagnostic. La fièvre élevée doit faire suspecter une angiocholite.

Une femme de 56 ans vous consulte pour des douleurs épigastriques survenues pendant la nuit. Elle a eu un deuxième épisode douloureux ce matin. À l’examen, douleur de l’hypochondre droit avec présence d’un signe de Murphy. Fébricule à 37°6. Son état général est bon mais la CRP demandée en urgence est à 138 et les polynucléaires à 15 000/mm3, le bilan hépatique est normal. L’échographie confirme la suspicion de cholécystite lithiasique aiguë.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte