Cardiopathie toxique

LA CARDIOMYOPATHIE DILATÉE ALCOOLIQUE  Abonné

Publié le 10/02/2017
Le diagnostic a été facilité ces dernières années par les progrès de l'écho-Doppler. Le pronostic a été transformé grâce aux traitements médicaux et électriques.

Crédit photo : APHP-PSL-GARO/PHANIE

Rafael, 34 ans, consulte pour une dyspnée d’effort et une asthénie s’accentuant depuis une dizaine de jours. Il n’a pas de facteurs de risque cardiaque connus, ne tousse pas, est apyrétique. La PA est normale, la fréquence cardiaque à 95, l’auscultation pulmonaire et cardiaque sans particularités. Le bilan demandé révèle un BNP à 1 240 pg/ml, des D-Dimères à 1 300 ng/ml, une troponine normale et une légère cardiomégalie radiologique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte