SPÉCIAL SANTÉ DES FRANÇAIS

La cardiologie oscille entre excellence et insuffisance  Abonné

Publié le 16/12/2016
Entre les soins d’excellence hospitaliers et pré-hospitaliers dispensés sans préférences, et une prévention primaire - pourtant essentielle - qui n’atteint qu’une fraction très minoritaire de la population en France, le fossé est colossal. Un dérèglement qui relève de la gestion des pouvoirs publics.
Ouverture

Ouverture
Crédit photo : PASIEKA/SPL/PHANIE

En cardiologie, « paierait-on les conséquences de nos succès ? », s’interroge le Pr Jean Ferrières. Pour ce cardiologue toulousain, chef de pôle à l’hôpital Rangueil, chercheur (Inserm U 518) et collaborateur du projet international Monica - modèle du genre en 1985 sur l’épidémiologie de la pathologie coronarienne -, il ne fait aucun doute qu’aujourd’hui « la prévention est en situation d’échec ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte