C'est arrivé le 14 juillet 1743

Jean Astruc, un " savantasse" à la Faculté de médecine de Paris

Publié le 14/07/2015

Crédit photo : GARO/PHANIE

Jean Astruc, auteur du premier ouvrage réellement exhaustif sur la syphilis et les autres maladies vénériennes, ne fut pas accueilli avec beaucoup de ferveur par ses collègues de la Faculté de médecine ce 14 juillet 1743 qui le méprisent, le jugeant " trop habile, horriblement vaniteux, méchant fourbe, plus craint qu'aimé ". Ils vont même donner le surnom de "savantasse", en référence à une pièce alors en vogue de La Mettrie, à ce médecin jugé trop mondain et privilégiant trop la théorie à la pratique.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)