Pour un dépistage ciblé de la coronaropathie chez le diabétique

Ischémie myocardique silencieuse du diabétique, mieux vaut savoir Abonné

Publié le 14/03/2014
Ischémie myocardique silencieuse du diabétique, mieux vaut savoir


Faut-il ou non dépister l’ischémie myocardique silencieuse du diabétique ? A l’instar de la France, de plus en plus de sociétés savantes plaident pour un dépistage ciblé sur les patients à risque. Mais le débat reste ouvert, comme en témoignent les échanges qui ont eu lieu sur le sujet lors du récent Forum Codia 2014. Un congrès qui a également permis de revenir sur les grandes études cardio/diabéto de 2013.

En matière de dépistage de l’ischémie myocardique silencieuse du diabétique (IMS), la donne est en train de changer. En septembre dernier, l’EASD et l’ESC, dans un texte conjoint, ont emboité le pas aux préconisations françaises de 2004, stipulant qu’il est potentiellement intéressant de dépister une IMS chez des diabétiques à haut risque, une recommandation cependant faible qui ne s’appuie sur aucune étude. C’est d’ailleurs pourquoi l’Association Américaine du Diabète (ADA) estime, quant à elle, que rechercher sys- tématiquement l’ischémie myocardique?silencieuse chez tout diabétique…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte