Insémination post-mortem : une jurisprudence hésitante

Publié le 13/10/2016
Sperme

Sperme
Crédit photo : THOMAS FREDBERG/SPL/PHANIE

C’est finalement non. Le tribunal administratif de Toulouse a, ce jeudi, rejeté la demande d’une veuve de se voir restituer le sperme, congelé, de son mari. Si cette décision est conforme à l’avis qu’avait exprimé, il y a quelques jours, le rapporteur public dans cette affaire, elle marque une nouvelle étape dans l’interprétation des lois de bioéthique. Invoquées dans différentes affaires, celles-ci ont récemment fait l’objet de plusieurs décisions.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)