Infections urinaires, des traitements de plus en plus courts  Abonné

Publié le 18/01/2019

Sur fond de montée en puissance des bactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi (BLSE), la tendance en urologie est de raccourcir la durées des antibiothérapies. Les recommandations SPILF-AFU mises à jour en 2018 vont dans ce sens. Outre le traitement par fosfomycine monodose de la cystite aiguë sans risque de complications, conforté par des études récentes, le comité d’infectiologie de l’AFU propose désormais de réduire à cinq jours le traitement de seconde ligne par pivmecillinam de la cystite à risque de complication.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte