Implants pelviens : l'Ansm renforce la surveillance et les contrôles

Par
Publié le 19/03/2019
Pelvis

Pelvis
Crédit photo : GUSTOIMAGES/SPL/PHANIE

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ne lâche pas l'affaire ! Elle vient d'informer qu'elle accentue son travail de surveillance et de contrôles sur les mesh – terme anglo-saxon désignant les bandelettes sous-urétrales et implants de renfort pelvien. Ces investigations sont conduites en raison d'effets indésirables liés à ces implants identifiés en France comme dans d'autres pays effectuant une matériovigilance (50 000 de ces implants sont posés chaque année en France).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)