Immunité : l’adolescent, maillon faible de la vaccination  Abonné

Publié le 20/09/2019
Depuis l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour 11 maladies chez les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, les couvertures vaccinales progressent mais l’adolescent échappe souvent à ces actes de prévention.
VAc

VAc
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Entre le premier semestre 2017 et 2018, la part des nourrissons ayant reçu un vaccin hexavalent (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, Haemophilus influenzae de type B et hépatite B) est passée de 93,1 % à 98,6 %. La hausse la plus spectaculaire concerne le vaccin contre le méningocoque C, pour lequel la couverture a bondi de 39 % en 2017 à 75 % en 2018. Le taux de vaccination contre l’hépatite B a, lui, gagné 5 points pour frôler les 98 %. Mais en ce qui concerne ces vaccins précisément, le constat est moins enthousiasmant chez les adolescents.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte