Identification de trois gènes associés au risque d'HTA

Publié le 13/09/2016

Des chercheurs de l’université Queen Mary de Londres et de l’université de Cambridge ont identifié 31 nouvelles régions du génome liées à la pression artérielle. Leurs travaux publiés dans Nature Genetics révèlent que des changements de l’ADN dans trois gènes particuliers auraient des effets majeurs sur la pression sanguine. Ces résultats pourraient permettre de trouver de nouvelles cibles thérapeutiques.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)