Hypercholestérolémie : une molecule prometteuse  Abonné

Publié le 19/09/2014

Premier représentant d’une nouvelle classe d’hypocholestérolémiant en développement, l'alirocumab n’a pas laissé les cardiologues indifférents à Barcelone. Avec, selon le programme d'études ODYSSEY présenté en Hotline, un bénéfice dans la prise en charge des hypercholestérolémies familiales et des patients à haut risque vasculaire dont le LDL reste élevé malgré le traitement par statines, associé ou non à l'ézétimibe. Chez ces patients, l'alirocumab permet après 24 semaines de traitement de ramener le LDL sous la barre des 0,7 g/l dans 70 % des cas (versus 8 % pour le placebo).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte