HTA, pourquoi ça coince ?  Abonné

Par
Publié le 07/09/2018
Depuis 10 ans la France n’a fait aucun progrès dans la prise en charge de l’HTA, contrairement à beaucoup d’autres pays. À qui la faute ? Retour sur les raisons d’un échec alors que sont publiées les nouvelles recommandations européennes qui serrent la vis sur les objectifs.
coeur

coeur
Crédit photo : fabioberti.it / Adobe Stock

En 10 ans, aucun progrès n’a été réalisé, nous rappelle le BEH en avril dernier. En comparant des résultats de l’étude Esteban à ceux de l’Étude nationale nutrition santé (ENNS), « contrairement à la diminution observée dans la plupart des autres pays, la prévalence de l’HTA est restée stable en France, avec près d’un adulte sur trois hypertendu », indiquaient les auteurs de l’article. Autre fait inquiétant : seulement 47,3 % des personnes hypertendues prenaient un médicament, contre 55,6 % dans les autres pays de même niveau socio-économique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte