Hépatites B et C : des prévalences faibles ou en baisse

Par
Alain Dorra -
Publié le 17/05/2016
hepatite b

hepatite b
Crédit photo : LAGUNA DESIGN/SPL/PHANIE

L’incidence  de l’hépatite B aigue diagnostiquée est faible en France, mais pourrait être encore réduite si les recommandations de vaccination, notamment vis-à-vis des adolescents, étaient mieux appliquées. C’est la conclusion d’une étude parue dans le BEH du 17 mai 2016. Le nombre de nouveaux cas d’hépatite B aigue diagnostiqués en France entre 2012 et 2014 a, dans cette enquête (Labohep), été estimé à 291; ils sont surtout situés dans la tranche d'âge de 40 à 59 ans.  En outre, 69% sont des hommes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)