GONOCOQUE  Abonné

Publié le 10/06/2016

Les données de surveillance montrent une augmentation du nombre annuel d’infections à Neisseria gonorrhoeæ depuis 1996, et particulièrement depuis 2009, sans que l’on puisse déterminer si cela concerne particulièrement des sous-groupes de patients à risque du fait de leur orientation sexuelle.

Chez la femme, la cervicite est asymptomatique dans 70 % des cas. Les complications ne sont pas rares : salpingites et bartholinites.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte