Asthme

GINA 2014 contre la malobservance  Abonné

Publié le 20/03/2015
La version 2014 de l’échelle d’évaluation du contrôle de l’asthme (GINA) est plus adaptée à la pratique de ville que la précédente de 2012, plutôt du domaine des experts. Elle témoigne d’une volonté de contrer la forte prévalence des asthmes insuffisamment contrôlés en France (environ 50 %) souvent liée à une malobservance.

Crédit photo : SPL/PHANIE

Dans la dernière mouture du Global INitiative for Asthma (GINA), parue en 2014, l’appréciation du contrôle de la maladie asthmatique a été simplifiée, s’appuyant désormais exclusivement sur des données cliniques. Il suffit de répondre par oui ou non à quatre items simples : réveils nocturnes liés à l’asthme, prise de bêta 2-mimétiques plus de deux fois par semaine, présence de symptômes diurnes plus de deux fois par semaine et retentissement de l’asthme sur les activités sportives professionnelles et sociales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte