Obstétrique

GESTION DE LA COLONISATION URINAIRE GRAVIDIQUE  Abonné

Publié le 21/10/2016
Pour des raisons anatomiques et hormonales, la colonisation urinaire bactérienne asymptomatique est plus fréquente que chez la femme non enceinte. Elle expose au risque de pyélonéphrite aiguë pouvant mettre en jeu le pronostic obstétrical. Cette éventualité justifie son dépistage systématique et sa prise en charge.

Crédit photo : GARO/PHANIE

Chez la femme enceinte, toute infection urinaire (IU) est à risque de complication et peut avoir des conséquences parfois néfastes pour la mère et pour le fœtus. Elle peut se manifester sous trois formes : colonisation urinaire gravidique (aussi appelée bactériurie asymptomatique), cystite aiguë gravidique et pyélonéphrite aiguë (PNA) gravidique.

UN FACTEUR DE RISQUE DE PNA

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte