Euthanasie, suicide assisté... Mode d’emploi chez nos voisins européens

Fin de vie : les généralistes belges et suisses en première ligne Abonné

Publié le 28/11/2014
Fin de vie : les généralistes belges et suisses en première ligne


Directives anticipées, suspension de traitement, soins palliatifs, suicide assisté, euthanasie… Autant de références à la fin de vie, sujet qui anime régulièrement le débat public. Et qui revient à nouveau sur le devant de la scène. Au terme de leur mission, les députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) doivent faire très prochainement des propositions qui pourraient passer par un aménagement de la législation. En la matière, nos voisins belges et suisses font figure d’exemples… ou de repoussoirs. On sait que ces pays sont allés plus loin que la France. Mais on ignore souvent que le généraliste y joue les premiers rôles.

Objet de débats intenses et récurrents en France, la fin de vie amène souvent à regarder les innovations audacieuses réalisées à l’étranger. Au risque, d’ailleurs, de passer sous silence le rôle joué par les généralistes dans ces différents pays. À commencer par la question des soins palliatifs, un droit auquel près de 80 % des personnes n’accèdent pas chez nous. Constat accablant, en France à tout le moins, car certains pays voisins ont profondément repensé l’accompagnement des dernières étapes de la vie. Régulièrement citées en exemple, les législations belge et suisse vont plus loin…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte