SEP, des progrès tous azimuts

Faut-il encore avoir peur de la sclérose en plaques ?  Abonné

Publié le 19/09/2014
Le congrès de l’ECTRIMS sur la sclérose en plaques (European committee for research and treatment in multiple sclerosis, 10-13 septembre, Boston) a mis en évidence les nombreuses pistes de recherche. Une amélioration du quotidien des patients et une diminution de la fréquence des poussées représentent les avancées majeures de la prise en charge.

La SEP touche environ 100 000 personnes en France. « Il y a cinquante ans, le sex-ratio était de deux femmes pour un homme atteints de SEP. Aujourd’hui, il est passé à trois femmes pour un homme », souligne le Pr Thibault Moreau (service de neurologie du CHU de Dijon , président du comité scientifique de la fondation ARSEP), qui qualifie cette évolution de spectaculaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte