Journée nationale

Épilepsie : un traitement à vie ?  Abonné

Publié le 10/11/2017
Alors que se tiendra le 17 novembre la Journée nationale pour l’épilepsie, la question de l’arrêt du traitement trotte dans la tête de tout patient. Il peut être envisagé lorsque la guérison est plausible. Engagé à la demande du patient, cet arrêt thérapeutique doit s’effectuer très progressivement, et sous surveillance serrée.
EEG

EEG
Crédit photo : ALFRED PASIEKA SPL PHANIE

Les antiépileptiques sont efficaces dans 70 % des cas, selon le Collège national de pharmacologie médicale. Lorsque les crises comitiales disparaissent sous traitement, la difficulté est de savoir si l’épilepsie est contrôlée par le traitement ou si elle a pu guérir, la guérison concernant finalement que très peu d’épilepsies. On sait que certaines comitialités, comme les formes idiopathiques de type absence, débutent entre 3 et 10 ans et disparaissent généralement à la puberté. Date au-delà de laquelle on peut envisager l’arrêt du traitement anti-épileptique (TAE).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte