EN RÉSUMÉ  Abonné

Publié le 28/02/2014

En dehors du tériparatide, réservé aux patients à haut risque, en présence d’au moins deux fractures vertébrales, dont la prescription relève du spécialiste, le généraliste a une place centrale dans la prise en charge de l’ostéoporose post-ménopausique par ses prescriptions, ses recommandations d’hygiène de vie et la qualité de son suivi, gage d’une bonne adhésion aux traitements.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte