EN FORÊT  Abonné

Publié le 22/06/2018

Les chenilles processionnaires du pin (thaumetopoea pityocampa). Elles font partie des 150 espèces de Lépidoptères capables d’entraîner des allergies (1). Elles sont recouvertes de poils urticants, chacun d’eux étant relié à une glande à venin, libéré lorsque le poil est fragilisé ou se casse, ce qui provoque une nécrose tissulaire prurigineuse. Les poils urticants sont dispersés à partir des nids des chenilles et tombent sur les promeneurs ou les travailleurs forestiers (4).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte