EN DEUXIÈME INTENTION  Abonné

Publié le 04/10/2013

› Si le diagnostic reste incertain à l'issue de l'évaluation initiale, il s'agit de sélectionner les investigations complémentaires les plus contributives, sans les multiplier inutilement. Le scanner cérébral, l'IRM cérébrale, l'électro-encéphalogramme, voire même le Doppler des vaisseaux du cou ne sont généralement pas des examens pertinents en cas de syncope.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte