Gastro-entérologie

Éclaircies sur les MICI  Abonné

Publié le 14/11/2014

Physiopathologie, suivi des patients, nouvelles alternatives thérapeutiques, etc. Le congrès européen de gastro-entérologie a accordé cette année une large place aux MICI avec beaucoup de bonnes nouvelles sur tous les fronts.

« Un bon cru pour les MICI. » De l’avis de tous, le récent congrès européen de gastro-entérologie (Vienne, 18-22 octobre 2014) aura été plutôt faste pour la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH). Sur le plan physiopathologique, les liens entre environnement et MICI ont été revisités à la lumière de nouveaux travaux. « On sait globalement que la génétique n’explique ces maladies qu’à hauteur de 50 %. On est donc à la recherche du 50 % restant », explique le Pr Pierre Michetti (Lausanne) qui présidait une session sur ce thème à Vienne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte