Ebola : les experts toujours inquiets

Publié le 17/02/2015

Une équipe de scientifiques internationaux a appelé mardi au développement de nouveaux vaccins contre la fièvre hémorragique Ebola, mettant en garde contre un excès d'optimisme lié à un recul des cas d'infection. "Malgré la baisse des taux d'infection observée en Afrique de l'Ouest, le risque que l'épidémie actuelle d'Ebola ne puisse être entièrement maîtrisée demeure", explique dans un rapport de plus de 80 pages Jeremy Farrar, directeur du Wellcome Trust, la plus importante fondation médicale britannique, qui fait partie de cette équipe et co-préside le groupe "Team B", mis en place en novembre et rassemblant 26 experts internationaux afin de surveiller les efforts accomplis au niveau mondial pour développer des vaccins en urgence. Selon leur rapport, "le modèle de fabrication de vaccins commerciaux n'est pas adapté à la nécessité de développer et déployer rapidement de nouveaux vaccins". S'ils admettent que la baisse du nombre de cas d'Ebola rend les essais cliniques "aléatoires", ils jugent qu'ils doivent se poursuivre pour permettre le développement de futurs vaccins. Et mettent en garde: "la possibilité de voir l'EVD (la maladie à virus Ebola) devenir endémique (...) est réelle et très inquiétante".

Début février, M. Farrar avait regretté l'arrêt des essais cliniques menés au Liberia d'un traitement par voie orale, le brincidofovir, en raison du déclin de la maladie. En revanche, les essais des deux vaccins jugés les plus prometteurs ont démarré au même moment au Liberia : le ChAd3, développé par GSK avec l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), et le VSV-ZEBOV de l'agence de santé publique du Canada (PHAC), dont Merck a acquis les droits.


Source : legeneraliste.fr