Antalgie

Douleur : trop ou trop peu, le risque de l’automédication  Abonné

Par
Publié le 18/03/2016
Pour soulager ses souffrances, le patient douloureux a volontiers tendance à adapter son traitement de son propre chef. Le dialogue avec le patient doit permettre de planifier une automédication « intelligente » afin d’améliorer la satisfaction du patient et, surtout, d’éviter le mésusage particulièrement élevé dans les douleurs chroniques.
automed douleur

automed douleur
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Molécules les plus prescrites en France, les antalgiques n’échappent pas aux problèmes d’observance. Une étude conduite par S. Perrot et al. Auprès de sujets de la National Health and Wellness Survey retrouve une observance complète de seulement 27 % dans les douleurs légères et 44 % dans les douleurs sévères.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte