Douleur

« Douillettes » mais pas « chochottes » !  Abonné

Publié le 12/06/2015
Souvent considérées comme douillettes, les femmes ont de fait une plus forte propension à la douleur que leurs homologues masculins. Mais cette « prédisposition » s’explique plus par des facteurs anatomiques et biologiques que par une réelle sensiblerie, même si l’état basal d’anxiété semble intervenir.

Crédit photo : GARO/PHANIE

Avec un sex-ratio de deux à trois femmes pour un homme tous types de douleur confondus (céphalées, douleurs abdominales, arthrite rhumatoïde, douleurs d'origine musculosquelettiques etc.), voire de six pour un dans la fibromyalgie, hommes et femmes ne sont pas égaux face à la douleur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte