Dossier spécial

Santé des femmes, les singularités se précisent Abonné

Publié le 17/05/2019
Santé des femmes, les singularités se précisent

fem
5second - stock.adobe.com

Moins représentées dans les essais cliniques, moins bien prises en charge pour certaines pathologies, etc. : les femmes ont longtemps été le parent pauvre de la santé. Mais depuis quelques années, les lignes commencent à bouger, avec de plus en plus de travaux de recherche dédiés. Et même si le sujet fait encore débat, peu à peu le portrait de la “patiente femme” se dessine, avec l’émergence de particularités sémiologiques mais aussi physiopathologiques ou thérapeutiques.

« Hommes et femmes ne sont pas égaux devant la maladie et doivent donc être traités différemment. » En 2016, l’Académie de médecine appelait la médecine et la recherche à ne plus ignorer les différences entre les sexes, faisant ainsi écho à une préoccupation croissante du monde de la santé. Près de trois ans plus tard, où en est-on ? Le constat est mitigé. D’un côté, le portrait de la “patiente femme” se précise, avec l’émergence de données mettant en évidence des spécificités féminines épidémiologiques mais aussi physiopathologiques, sémiologiques voire thérapeutiques. Mais de l’autre, l…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte