Les parcours de soins

Parcours de soins par pathologie : les généralistes ne veulent pas être écartés Abonné

Publié le 14/12/2018
Parcours de soins par pathologie : les généralistes ne veulent pas être écartés

Couloir
denisismagilov /Adobe stock

Pour améliorer l'efficience du système de santé, le gouvernement veut développer les parcours de soins par pathologie. Alors qu'il s'apprête à les concrétiser pour la prise en charge de l’ostéoporose et de l’insuffisance cardiaque, la place qu'occupera le généraliste dans ces parcours reste floue. Y aurait-il un loup ?

« Le bon soin, au bon endroit, au bon moment. » Depuis plus d’un an, le refrain de la pertinence des soins revient sans cesse dans la bouche des autorités du système de santé. Concrètement, cette approche doit permettre de répondre à une demande de soins toujours croissante, liée notamment au vieillissement de la population. Elle vise aussi à améliorer la communication entre les différents professionnels de santé, pour limiter les actes inutiles ou redondants. Cette notion figure parmi les priorités du plan “Ma santé 2022”, présenté par Emmanuel Macron mi-septembre. …

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte