Dépister la dénutrition

Nourrir, c’est soigner ! Abonné

Publié le 10/04/2015
Nourrir, c’est soigner !


TEK IMAGE/SPL/PHANIE

Paradoxe en cette période d’abondance, la dénutrition reste un fléau de grande actualité qui menace tous les malades présentant une maladie chronique au stade de défaillance d’organe et les personnes âgées fragiles au premier chef, parce qu’elle est un facteur pronostique indépendant de morbidité et de mortalité. La mission du médecin traitant est de la dépister, d’empêcher son installation et, à défaut, de la prendre en charge précocement car nourrir

Les méfaits de la dénutrition sont bien établis. Les enquêtes affichent une prévalence impressionnante : 20 à 40 % des personnes hospitalisées en médecine ou en chirurgie, 4 à 8 % des personnes âgées de plus de 75 ans à domicile, 15 à 40 % des personnes en institution et 30 à 70 % des personnes âgées hospitalisées. Un patient dénutri a toujours un pronostic plus péjoratif qu’un malade non dénutri souffrant de la même affection. Plusieurs indicateurs ont précisé l’impact de la dénutrition sur la santé : surcoût médico-économique d’au moins 30 %, durée d…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte