La santé des séniors

Ni trop, ni trop peu, prescrire juste ! Abonné

Publié le 17/11/2017
Ni trop, ni trop peu, prescrire juste !

Senior
Phanie

La gestion des polyprescriptions est rendue souvent nécessaire par les multiples pathologies dont souffrent les personnes âgées. Plusieurs travaux ouvrent des pistes pour optimiser ces prises en charge complexes dans la pratique quotidienne. Que cela soit pour les traitements du diabète, de la dépression, des douleurs, des troubles urinaires ou des pathologies cardiaques, la bonne prescription ne se résume pas à un simple nettoyage des ordonnances, mais à un ajustement.

La polymédication est devenue extrêmement banale chez les personnes âgées, au point qu’un nombre croissant d’auteurs proposent de la définir par la prise d’au moins dix médicaments différents par jour. Entre 33 % (polymédication continue) et 40,5 % (polymédication cumulative) des personnes âgées de 75 ans et plus sont dans ce cas, selon une analyse récente de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes, 2015). Des analyses précédentes indiquaient qu’aux alentours de 80 % des plus de 75 ans prennent au moins cinq médicaments par jour en ambulatoire. …

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte