Observance thérapeutique

Et si la décision médicale partagée était la solution… Abonné

Publié le 18/03/2016
Et si la décision médicale partagée était la solution…


SPL-PHANIE

Avec près d’un patient sur deux ne suivant pas à la lettre les prescriptions de son médecin, l’observance reste un défi majeur. Mais le concept évolue, et l’application à sens unique de l’ordonnance au patient cède peu à peu la place à la négociation et à la décision médicale partagée.

La notion d’observance thérapeutique a-t-elle vécu ? Du Ciss à certaines sociétés savantes comme l’European Association for the Study of Diabetes (EASD), de plus en plus de voix remettent, en tout cas, en cause le modèle paternaliste où le médecin prescrit et le patient s’exécute. Et plaident pour une nouvelle forme de relation médecin/patient où le malade devient partie prenante du choix et du suivi de son traitement. Exit donc l’observance comprise comme une application sans faille d’une règle édictée par une autorité extérieure, au profit de l’adhésion thérapeutique qui sous-tend l…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte