DMLA : penser à la rééducation de basse vision  Abonné

Publié le 01/02/2013

La DMLA est la principale cause de malvoyance chez les personnes âgées dans les pays industrialisés. Qu'il s'agisse d'une forme exsudative ou atrophique, les moyens non médicamenteux tiennent une place importante dans la prise en charge de ces patients, comme le soulignent les recommandations 2012 de la Haute Autorité de santé sur la DMLA (1) (voir Le Généraliste n°2629, p. 25).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte