45e Congrès annuel de la Société francophone du diabète

Diabète, l’exception française

Publié le 26/04/2019

La France est plutôt en pointe sur les techniques de réparation pancréatique comme le pancréas artificiel ou la greffe d’îlots. Mais concernant l’autorisation des gliflozines, les autorités sanitaires restent frileuses, contrairement à d’autres pays occidentaux. Une situation contrastée, abordée au 45e congrès annuel de la Société francophone du diabète qui a aussi précisé les liaisons dangereuses entre tabac et diabète, de mieux en mieux connues.

Gliflozines, la SFD contre-attaque Alors que plupart des pays ont intégré les inhibiteurs de SGLT2 (iSGLT2 ou gliflozines) dans la stratégie thérapeutique du diabète de type 2 (DT2), en France, la HAS vient à nouveau de leur fermer la porte en revoyant à la baisse le SMR de l’empagliflozine. Cette exception française a du mal à passer auprès de la Société francophone du diabète (SFD), qui a publié à l’occasion de son congrès annuel (Marseille, 26-29 mars) une prise de position officielle réaffirmant l’intérêt des gliflozines et demandant leur mise à disposition rapide. Comme tout…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte