Santé publique

Diabète, le défi de la prévention primaire  Abonné

Publié le 08/06/2018
Les règles hygiéno-diététiques sont pour le moment la voie privilégiée pour prévenir le diabète chez les sujets à risque. La Cnam vient de lancer un programme de prévention primaire pour les prédiabétiques. Mais d’autres pistes sont à l’étude : “Epidrugs” pour contrer les effets délétères de l’épigénétique, vaccin thérapeutique… Tour d’horizon des recherches en cours, à l’occasion de la semaine nationale de prévention du diabète.
ouverture OK

ouverture OK
Crédit photo : blackregis (Adobe stock)

Surpoids, sédentarité, histoire familiale de diabète, précarité, etc.. Certains facteurs de risque augmentent fortement le risque de diabète ultérieur (voir encadré). Par exemple, le risque pour une personne obèse ou en surpoids est 3 à 5 fois plus élevé qu’une personne de corpulence normale. Et en l’absence d’intervention, 5 à 10 % des sujets prédiabétiques (glycémie à jeun entre 1,10 g-1,26 g ou HGPO pathologique) progressent chaque année vers un diabète de type 2 (DT2). D’où un intérêt de plus en plus marqué pour la prévention primaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte