Diabète : Informer chacun sur ses risques personnels ne change pas les comportements

Par
Publié le 01/12/2016

Le risque que chaque personne encourt de développer un diabète de type 2 peut aujourd’hui être calculée en prenant en compte les facteurs génétiques (certains gènes sont associés à un surrisque) et les facteurs physiologiques dont l’âge ou l’indice de masse corporelle. Mais les personnes qui sont informées sur leurs risques génétiques et physiologiques de développer cette pathologie n’augmentent pas leur activité physique par rapport aux individus qui reçoivent des informations générales sur la maladie.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)