Déficits et carences martiales

Des preuves dures comme fer ?  Abonné

Publié le 10/06/2016

Infections à répétition, troubles cognitifs… De nombreux risques sont attribués aux déficits et aux carences martiales incitant à la supplémentation large des jeunes enfants. Pourtant, peu de données scientifiques étayent ces pratiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte