Diabète et FA

Des liaisons dangereuses  Abonné

Publié le 08/03/2013

Le diabète a longtemps été reconnu comme un facteur de risque de fibrillation auriculaire (FA), ce qui a été réaffirmé par de nombreuses études. Néanmoins, le caractère complètement indépendant de la contribution du diabète dans l’apparition de ce trouble du rythme ne ressort pas de façon si évidente dans la littérature. Dans l’étude de Framingham, le diabète favorise la survenue de nouveaux épisodes de FA, avec des Odd Ratio de 1,4 chez les hommes et 1,6 chez les femmes sur un suivi de 38 ans.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte