Dépistage du cancer du col utérin

Des gynécos alertent sur les risques de sur-traitement  Abonné

Par
Publié le 26/01/2018
Le dépistage organisé du cancer du col devrait se mettre en place cette année. Dans ce contexte, il sera impératif de mieux prendre en charge les frottis anormaux.
Haut grade SIL

Haut grade SIL
Crédit photo : Ed Uthman, MD / Commons

Plus de 6 millions de frottis sont réalisés chaque année en France. Ce chiffre augmentera certainement quand le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus se mettra en place d’ici quelques semaines, tel que décidé par le dernier plan cancer. Le but est de proposer un dépistage régulier aux 40 % des femmes âgées de 25 à 65 ans qui y échappent actuellement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte