Des experts redoutent que la mortalité maternelle ne grimpe en Afrique de l’Ouest après Ebola

Publié le 09/07/2015

Crédit photo : MAURO FERMARIELLO/SPL/PHANIE

Dans un rapport publié mercredi, la Banque mondiale (BM), estime que la mortalité maternelle lors de grossesse et à l’accouchement va grimper en flèche après Ebola en Afrique de l’ouest. En effet, la perte de personnels de santé tués par le virus, entraîne un risque pour 4 022 femmes chaque année, en Guinée, Liberia et Sierra Leone, "exclusivement du fait de l’héritage de l’épidémie d’Ebola qui a tué plus de 11 000 personnes dont de nombreux médecins et infirmières" explique le rapport.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)