Dépistage du cancer de la prostate, l'IRM comme juge de paix ?

Par
Publié le 14/05/2018
Irm cancer prostate

Irm cancer prostate
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Le dépistage systématique des cancers de la prostate (CP) précoces par le PSA fait toujours débat en raison d'un risque de surdiagnostic (avec en corollaire une multiplication des biopsies) et de surtraitement de cancers non évolutifs avec un retentissement important sur la qualité de vie. Deux grandes études évaluant le rapport bénéfice/risque du dépistage systématique par le PSA ont donné des résultats contradictoires : mortalité diminuée dans l'étude européenne avec un PSA tous les 2 à 4 ans, inchangée dans l'étude américaine avec un PSA annuel.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)