Contraception, les ados se posent plus de questions  Abonné

Par
Publié le 28/09/2018
Méfiance vis-à-vis de la pilule, préférence des méthodes naturelles, statu quo sur la pilule du lendemain : de nouveaux défis émergent.
Couette

Couette
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Vis-à-vis de la sexualité et de la contraception des adolescents, les médecins doivent faire face à des changements comportementaux et sociétaux. Pour le Dr Nora Alloy, gynécologue (hôpital Jeanne-de-Flandre et centre Oscar- Lambert à Lille) intervenue aux cinquièmes Journées AIUS/Sexogyn les 21 et 22 septembre à Aix-en-Provence, on assiste à l’émergence d’un « nouvel ordre contraceptif avec, de manière globale, une défiance envers les hormones ». Les données chiffrées du Baromètre Santé 2016 de Santé publique France montrent d’ailleurs une récente évolution des moyens contraceptifs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte