Vos doutes sur le dépistage du diabète gestationnel  Abonné

Publié le 20/04/2018
Diabète gestationnel

Diabète gestationnel
Crédit photo : BURGER/PHANIE

En 2010, de nouvelles recommandations françaises sur le diabète gestationnel (DG) ont conduit à abandonner le dépistage systématique du second semestre par test O’Sullivan et HGPO au profit d’un dépistage précoce, ciblé sur les femmes à risque via un dosage de glycémie à jeun (GAJ) ; une valeur > 0,92 g/l suffisant à poser le diagnostic. Huit ans plus tard, cette stratégie fait débat chez les diabétologues et a toujours du mal à passer chez les généralistes, comme en témoignent les échanges lors du congrès.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte