Congrès de l’Européan Society of Cardiology

Angor stable : mollo sur la coronarographie ! Abonné

Publié le 11/10/2013

Le congrès 2013 de l'ESC a fait une large place aux interactions entre maladies du système cardiovasculaire et autres pathologies. Avec, notamment, beaucoup de communications sur «diabète et affections cardiovasculaires». Mais la présentation des nouvelles guidelines européennes sur la prise en charge de l'angor stable – qui reprécisent la place de la coronarographie dans cette pathologie – a également constitué un des moments forts de cette édition.

Moins d’angiographie et moins de revascularisation. Dans ses nouvelles recommandations sur l’angor stable – qui remplacent celles de 2007 – l’European Society of Cardiology (ESC) propose des démarches diagnostiques et thérapeutiques graduées qui réservent la coronographie aux patients les plus à risque.Explorations graduéesL'approche se fait en trois étapes: l’évaluation de la probabilité d'une atteinte coronarienne, la confirmation de l'existence d'une sténose et la détermination du niveau de risque de morbi-mortalité qui base la décision thérapeutique.Ainsi, sur le plan diagnostique, la…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte