Ethique

Comment annoncer une mauvaise nouvelle ?  Abonné

Publié le 06/03/2009
L'annonce d'une mauvaise nouvelle à un patient est un exercice difficile pour le médecin. Entre réticences personnelles et surcharge de travail, le risque est grand de mal gérer ce moment délicat, et de profondément modifier la relation médecin-patient. Dans un document consacré à ce thème (1), la HAS propose une série de repères pour aider les professionnels de santé dans ce contexte particulier.
L'annonce d'une mauvaise nouvelle à un patient provoque sur le moment une sidération l'empêchant...

L'annonce d'une mauvaise nouvelle à un patient provoque sur le moment une sidération l'empêchant...
Crédit photo : ©GARO/PHANIE

Le médecin peut lui aussi opposer des mécanismes de défense lorsqu'il a à annov-cer une mauvaise...

Le médecin peut lui aussi opposer des mécanismes de défense lorsqu'il a à annov-cer une mauvaise...
Crédit photo : ©ALIX/PHANIE

UNE SITUATION DIFFICILE POUR LE PATIENT ET LE MEDECIN

L'annonce d'une mauvaise nouvelle, qu'elle concerne la révélation au patient de l'existence d'une maladie grave dont il est porteur ou les conséquences potentiellement négatives pour son entourage (transmission génétique aux descendants, contamination d'autrui), constitue toujours un événement traumatique pour le malade. Sur le moment, il existe souvent une sidération, le patient n'entendant qu'une partie des informations qu'on lui donne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte