"Collégienne" en voie de disparition à la Haute Autorité de Santé

Publié le 08/01/2014

Aucune femme n'a été proposée par le Parlement pour rejoindre le 10 janvier la direction collégiale de la Haute Autorité de santé (HAS). Depuis sa création, la HAS est chapeautée par un collège de huit membres, nommés par décret présidentiel, sur proposition de l'Elysée, des présidents du Sénat, de l'Assemblée nationale et du Conseil économique, social et environnemental. Or, aucune femme n'a été proposée par le Sénat et l'Assemblée nationale à l'occasion du renouvellement partiel de ce collège, relèvent les syndicats CFDT, CFTC et S.P-HAS dans un communiqué. Une femme, l’économiste Lise Rochaix, fait actuellement partie du collège, mais son mandat ne pouvait pas être reconduit. "En 2014 et pour les trois années à venir" date à laquelle le collège sera renouvelé de moitié, "le collège de la HAS sera 100% masculin !", écrivent les syndicats, jugeant "extrêmement regrettable l'absence probable de désignation de femmes au collège de la Haute autorité de santé". Les organisations syndicales regrettent également "l'absence de diversité de profils" : "Aucun économiste en santé, ni de représentant d"usager ne sont proposés à la nomination. Cette diversité aurait été pourtant source de richesse pour l'institution et pour la qualité de ces travaux.


Source : legeneraliste.fr