Chez le sujet âgé  Abonné

Publié le 14/09/2012

Les principes de l'ASG ne diffèrent pas chez le sujet âgé, mais elle doit s’adapter à la situation clinique, psychologique et environnementale du malade.

La prescription d'une ASG à un sujet âgé doit conduire à se poser les questions suivantes :

- peut-il faire lui-même ses glycémies capillaires et adapter son traitement ? La limite peut provenir d’une altération des facultés cognitives, de troubles sensoriels ou d’une maladresse gestuelle. Dans cette situation, l'évaluation gérontologique est nécessaire ;

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte