CHAPITRE 5 : DIAGNOSTIC  Abonné

Publié le 21/09/2012

Bien que le prurit soit le signe majeur de la mycose vaginale, celle-ci ne représente que 38 à 50 % des étiologies de ce trouble (2).

L'observation, qui exige parfois quelques bonnes minutes – principalement à la périphérie des grumeaux, de filaments présentant des intersections régulières, et sur lesquels se greffent quelques spores – est le meilleur moyen de poser un diagnostic de certitude.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte