CHAPITRE 3 : SE PROTÉGER DES PIQÛRES D’ARTHROPODES  Abonné

Publié le 24/06/2016

Il est habituel de distinguer les moustiques qui piquent plutôt la nuit (qui peuvent transmettre le paludisme, certaines arboviroses -virus du Nil occidental, encéphalites américaines, encéphalite japonaise- et des filarioses) de ceux qui piquent plutôt le jour (pouvant transmettre des arboviroses - dengue, chikungunya, zika… - et des filarioses).

Cependant, la distinction n’est pas si formelle puisque certains Anopheles et Culex justifient également des précautions diurnes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte